INFOS TUNNEL

Fermer
28/06/2022 05:40 La circulation sera totalement interrompue du 28/06/2022 à partir de 19:30 jusqu'au 29/06/2022 à 06:00 pour permettre la réalisation de travaux de maintenance extraordinaire
28/06/2022 05:40 Traffic will be totally stopped from 28/06/2022 19:30 to 29/06/2022 06:00 due to extraordinary maintenance works
28/06/2022 05:40 La circolazione sarà totalmente interrotta dal 28/06/2022 alle ore 19:30 al giorno 29/06/2022 alle ore 06:00 per consentire la realizzazione di attività di manutenzione straordinaria
28/06/2022 05:40 Geschlossene Tunnel von 28/06/2022 bis 29/06/2022 von den Stunden 19:30 bei 06:00 wegen außergewöhnlicher Arbeit
28/06/2022 10:17 Trafic dense à l'approche du péage français
28/06/2022 10:17 Barrier French: heavy traffic
28/06/2022 10:17 Pedaggio francese: traffico intenso.
28/06/2022 10:17 Französichen Barriere : zähflüssiger Verkehr
28/06/2022 10:28 Trafic dense à l'approche du péage italien
28/06/2022 10:28 Barrier Italian: heavy traffic
28/06/2022 10:28 Pedaggio italiano: traffico intenso.
28/06/2022 10:28 Italienischen Barriere : zähflüssiger verkehr

L’objectif des travaux menés par les équipes d’Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc est de protéger les eaux de huit captages situés le long du réseau ATMB.

D’où vient l’eau du robinet ?

Schéma des 7 bassins au niveau de Cluses le long de l'autoroute A40
Les 7 bassins multifonctions sur la zone de captage de Jumel à Cluses ©ATMB

L’eau du robinet que nous buvons provient toujours d’une zone de captage d’eau potable. L’eau qui alimente ces captages peut provenir :

  1. d’une source qui sort naturellement de terre
  2. d’une nappe d’eau souterraine
  3. d’un cours d’eau, d’un lac naturel ou du réservoir d’un barrage.

Grégory Roulin Ingénieur d'Études Sanitaires ARS Haute-Savoie
Grégory Roulin Ingénieur d’Études Sanitaires ARS Haute-Savoie ©ATMB

Écoutez…

Grégory ROULIN

Ingénieur d’Études Sanitaires
ARS Haute-Savoie


Comment protéger cette eau potable ?

Dans les zones de captage

Ces eaux qui ruissellent au sol ou à travers celui-ci entrainent avec elles tous les produits polluant que l’on peut trouver dans la zone : engrais, hydrocarbures, métaux lourds, pesticides, etc.

Il est donc essentiel de protéger cette zone de toute atteinte, infiltration ou pollution accidentelle.

La solution est de supprimer tout rejet d’eau sans prétraitement dans les zones concernées par les captages d’eau potable.

Les rejets d’eau à traiter peuvent provenir :

  • de l’eau de ruissellement habituelle qui contient les polluants, les pesticides…
  • de liquide provenant d’un déversement accidentel (renversement d’un camion par exemple)

Il faut créer un réseau de collecte des eaux qui soit totalement imperméable afin que ces eaux collectées usées n’atteignent jamais la zone de captage de l’eau potable.

Ce réseau de collecte conduit à des bassins de rétention des eaux et de traitement.

Une fois traitée, l’eau des bassins peut être rejeté dans le milieu naturel.

En quoi consistent les travaux ?

Recueillir les eaux de ruissellement

Les travaux impliquent de reprendre l’ensemble du réseau de collecte des eaux qui longe l’autoroute, mais aussi ses bretelles d’entrées et de sorties. Des caniveaux à fente seront créés. Ils seront reliés à des bassins.

Ces bassins à ciel ouvert sont dimensionnés pour recevoir un volume d’eau suffisant, notamment en cas de crue importante.  Ils sont équipés de vannes pour fermer les bassins et piéger les polluants.

Il s’agit aussi d’équiper nos bretelles d’entrées et de sortie de glissières anti-renversement en béton qui empêcheront un camion de se reverser en dehors de la chaussée, pour que les effluents pollués qui seraient déversés restent sur la chaussée et son réseau de collecte pour être traité ultérieurement.

En savoir plus sur la protection des captages :

Ces travaux ont fait l’objet de découpages précis pour limiter la gêne des conducteurs mais permettre aussi aux équipes de travailler en toute sécurité.

Du fait des enjeux environnementaux (proximité du captage et de l’Arve), ces travaux sont encadrés par un coordonnateur environnemental. Par exemple, en parallèle à la construction des caniveaux, il faut créer dans le même temps les bassins pour que l’eau soit bien récupérée dès que le caniveau est opérationnel.

Lors des travaux en terre-plein central, des vannes guillotines seront installées dans les deux regards avals concernés. Ces travaux sont menés par deux groupements d’entreprises : un pour la construction des bassins et un pour la construction des caniveaux et glissières béton. Ces entreprises prennent également des dispositions pour limiter les risques de rejets dans l’Arve (pollution accidentelle, laitance, fines, etc.).

Comment fonctionne un bassin ?

Protéger le milieu naturel

La mission d’un bassin est de recueillir les eaux de ruissellement des chaussées. L’eau stagne dans les bassins et suit un processus de décantation. Les particules moins denses que l’eau (huiles et hydrocarbures) rejoignent la surface, tandis que les particules plus denses (métaux, minéraux) se déposent au fond.

Processus de décantation métaux et minéraux en bas du bassin, et les huiles et hydrocarbures en surface
Processus de décantation d’un bassin ©ATMB

L’eau suit un parcours dans le bassin qui la débarrasse des huiles et des boues. Une partie du bassin sert à retenir les huiles qui flottent en surface. Les boues qui se déposent au fond sont récupérées en fond de bassin.

En sortie de bassin, l’eau est propre et peut ainsi être reversée dans le milieu naturel, c’est-à-dire l’Arve sur le secteur de Cluses. Les eaux de surface et les boues au fond du bassin quant à elles sont récupérées par des entreprises spécialisées qui les traiteront par la suite.

En cas de pollution accidentelle, il devient indispensable de fermer le bassin grâce à des vannes pour piéger le polluant.

En cas de crue, les bassins permettent de contenir l’eau qui arrive en masse et limiter une possible inondation. Les vannes permettent de réguler le flux dans le bassin pour qu’elle prenne le temps de décanter et ne ressorte pas tout de suite dans le milieu naturel sans avoir été traitée.

Fonctionnement d'un bassin : l'eau est récupéré par les caniveaux autoroutiers puis arrive dans le fossé de collecte des eaux de la plateforme, entre dans le bassin
Fonctionnement d’un bassin ©ATMB
Fonctionnement d'un bassin lors d'un déversement accidentel : l'eau est bloqué dans le bassin grâce à une vanne qui se ferme et n'atteint pas le milieu naturel
Fonctionnement d’un bassin lors d’un déversement accidentel ©ATMB

Ce programme de protection représente un investissement de 5,6 millions d’euros. Il s’inscrit dans le carnet de route environnemental des équipes d’ATMB qui veulent améliorer leur action et protéger la ressource en eau.

Retrouvez le programme de protection sur 5 ans sur la page dédiée.

Carole Daguet Chef de Projet Investissements ATMB
Carole Daguet Chef de Projet Investissements ATMB © ATMB

Écoutez…

Carole DAGUET

Chef de Projet Investissements
ATMB


Zoom sur : la Renouée du Japon

Les solutions écologiques pour l’extraire

La Renouée du Japon est présente tout le long du réseau ATMB. C’est une plante invasive de 2 à 3 mètres de haut qui détruit les cours d’eau et les fleurs locales. Elle a la particularité d’être très volatile.

Plusieurs foyers de Renouée sont concernés par la zone de chantier. Il ne faut pas que nos interventions viennent accentuer sa dispersion. Aussi, un procédé innovant a été mis en place à Cluses.

Renouée du Japon
Renouée du Japon ©ATMB

À Cluses, nous avons fait appel à la société Rhizomex® qui est venue creuser à 1 mètre de profondeur les zones ou de la Renoué était présente, pour extraire sur place toutes les terres qui contenaient le rhizome de la plante. Les terres ont été tamisées, triées manuellement et mécaniquement pour enlever le rhizome et les terres propres ont été remises en place pour les nouvelles plantations locales. 

Le rhizome récupéré a été traité par Rhizomex®, en lien avec le laboratoire de l’Université Savoie Mont-Blanc. L’entreprise revalorise les rhizomes et en extrait, grâce à un procédé innovant, un actif naturel utilisé dans le milieu de la cosmétique ou de la nutraceutique.

Ces eaux qui ruissellent au sol ou à travers celui-ci entrainent avec elles tous les produits polluant que l’on peut trouver dans la zone : engrais, hydrocarbures, métaux lourds, pesticides, etc.

Il est donc essentiel de protéger cette zone de toute atteinte, infiltration ou pollution accidentelle.


Vous avez des questions ? Vous souhaitez plus d’informations ?

Restons en contact !

Veuillez-nous contacter à l’adresse mail suivante, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

communication.presse@atmb.net

Application ATMB info trafic

Retrouvez toute l’information trafic sur l’appli dédiée ATMB, disponible en téléchargement sur l’App Store et sur Google Play.

Télécharger ATMB info trafic sur l'Apple Store Télécharger ATMB info trafic sur Google Play ©ATMB

Recherche et innovation : Tunnel du Mont Blanc, un laboratoire pour le développement du Platooning

Guidées par leur esprit « pionnier », les équipes du Tunnel s'engagent chaque jour…

Travaux de rénovation de la voûte au Tunnel du Mont Blanc

Nos équipes réaliseront la rénovation de 1 200 mètres de voûte du Tunnel du…

Travaux au Tunnel du Mont Blanc

Retrouvez ici les grands travaux du Tunnel du Mont Blanc avec les dates de…

Travaux de rénovation de dalle au Tunnel du Mont Blanc

Retrouvez ici les dates des travaux et l'explication du chantier

2022 : Protéger Sallanches – Le calendrier des travaux

Les équipes d'Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc réalisent un chantier de protection des…

2021 : Protéger Cluses – Le calendrier des travaux

Les équipes d'Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc réalisent un chantier de protection des…