INFOS TUNNEL

Fermer
24/06/2022 17:23 La circulation sera totalement interrompue du 27/06/2022 à partir de 19:30 jusqu'au 28/06/2022 à 06:00 pour permettre la réalisation de travaux de maintenance extraordinaire
24/06/2022 17:23 Traffic will be totally stopped from 27/06/2022 19:30 to 28/06/2022 06:00 due to extraordinary maintenance works
24/06/2022 17:23 La circolazione sarà totalmente interrotta dal 27/06/2022 alle ore 19:30 al giorno 28/06/2022 alle ore 06:00 per consentire la realizzazione di attività di manutenzione straordinaria
24/06/2022 17:23 Geschlossene Tunnel von 27/06/2022 bis 28/06/2022 von den Stunden 19:30 bei 06:00 wegen außergewöhnlicher Arbeit

Grâce à ses équipes, ses équipements, son contrôle permanent et ses nombreux investissements, le Tunnel du Mont Blanc est aujourd’hui une référence mondiale en termes de sécurité. Des visiteurs du monde entier viennent le visiter. Les équipes du tunnel font de la sécurité, leur priorité permanente.

De nombreux équipements à la pointe de l’innovation délivrent 36 000 données, analysées en permanence par la Tour de contrôle du Tunnel, pour déclencher une alerte en quelques secondes.

La sécurité : priorité permanente

La sécurité du Tunnel du Mont Blanc s’appuie sur 2 leviers essentiels :

  1. Des équipes entraînées régulièrement : 260 personnes mobilisées pour 11,6 km de tunnel dont 70 pompiers présents en permanence aux deux entrées et au milieu du tunnel
  2. Une capacité d’intervention extrêmement rapide et massive en cas d’événement : un dispositif de sécurité technique qui analyse en permanence tout ce qui se passe dans le tunnel et qui donnent l’alerte en quelques secondes pour intervenir immédiatement. Des pompiers sur place, au centre et aux entrées, interviennent en quelques minutes.

Protéger les conducteurs durant la traversée du Tunnel

Pour assister les conducteurs durant leur traversée du Tunnel du Mont Blanc, nos équipes surveillent en permanence le trafic et informent les voyageurs en temps réel.

Informer en temps réel

20

panneaux lumineux à messages variables

&

12

fréquences FM sont commandés depuis le poste de contrôle et de commande du tunnel.

Ainsi, les consignes de sécurité peuvent être relayées directement sur les autoradios des conducteurs.

En cas d’évènement : fumées, accidents, incendie

Le tunnel compte 116 niches de sécurité disposées tous les 100 m en quinconce dans les deux sens de circulation, signalées par des panneaux lumineux, et équipées d’un poste d’appel d’urgence pour appeler la salle de commande et de 2 extincteurs.

Porte verte de secours Niche de sécurité dans le tunnel ©ATMB

En cas de difficulté, 36 emplacements d’arrêt d’urgence permettent aux usagers de s’arrêter sur le côté, sans gêner la circulation.

Face à ces emplacements, des galeries de retournement sont réservées aux manœuvres des véhicules des équipes du tunnel et des services de secours.

En cas d’évènement :

2

barrières aux entrées du tunnel

40

demi-barrières tous les 600 m

120

feux rouges

peuvent être activés pour interrompre le flux de circulation.

Rejoindre les abris

En cas d’accident, d’incendie ou d’autres évènements, le tunnel dispose de 37 abris sécurisés de 40 m² tous les 300 m pour protéger les usagers.

Abri avec des bancs, des affiches de sécurité

Ces abris, hermétiquement isolés, permettent aux personnes d’être en sécurité avant leur évacuation. Ils sont séparés du tunnel par deux portes coupe-feu et un système de SAS qui empêche les fumées d’y pénétrer. 

Ces abris, alimentés en air frais en surpression, sont tous équipés d’une réserve d’eau potable et de kits de premiers secours. Il y a également un visiophone permettant aux usagers d’entrer en contact avec l’opérateur du poste de contrôle et commande afin de suivre ses consignes.

Visiophone des abris au Tunnel du Mont Blanc

Ces abris sont reliés à une galerie de sécurité souterraine destinée à l’évacuation des usagers.

Des gaines de conduite d’air frais ont été aménagées sur toute la longueur du tunnel. Reliées aux abris, elles permettent aux équipes de secours de rejoindre les personnes dans les abris et de les conduire vers un autre abri non concerné par l’incident ou sur l’une des deux plates-formes pour leur évacuation. Des véhicules électriques pouvant transporter un brancard ou plusieurs personnes assises, peuvent y circuler.

Les abris sont constamment vérifiés par les équipes du département sécurité et trafic lors de leur ronde.

Panneau sortie vers la France ou vers l'Italie
Gaine d'évacuation utilisée pour l'évacuation des abris

La tour de contrôle du tunnel

La tour de contrôle du Tunnel du Mont Blanc a une triple mission :

1

Assurer le contrôle de la circulation

2

Piloter les équipements de sécurité

3

Informer des conditions de trafic

Pour cela, 22 opérateurs de sécurité trafic se relaient 24h/24 et 7 jours sur 7. Il existe deux postes de contrôle et de commande du tunnel disposant d’un mur d’images géant pour avoir une parfaite visibilité des 11,6 kilomètres de l’ouvrage.

Ecrans de contrôle au poste de contrôle situé en France
Ecrans de contrôle au poste de contrôle situé en Italie

Ces deux postes de contrôle et de commande (PCC) sont identiques. Ils disposent des mêmes équipements, sont localisés sur chacune des plates-formes, et sont utilisés conjointement.

L’un assure le contrôle de la circulation dans le tunnel et sur les plates-formes et dispose de la commande des équipements de sécurité. L’autre, s’intéresse au trafic sur les itinéraires d’accès, et réalise l’information aux usagers quant aux conditions de circulation.

Alerter et déclencher les opérations de secours en quelques secondes

Les 22 opérateurs de sécurité trafic bénéficient aussi d’une nouvelle génération de système centralisé de pilotage des équipements de sécurité dénommé LOGOS (acronyme de Localiser, Organiser et Gérer les Opérations de Sécurité). À la pointe de la technologie, cette nouvelle gestion de technique centralisée (GTC) permet de piloter le trafic et d’assurer la sécurité des conducteurs.

Ce système d’aide à la décision offre une assistance aux opérateurs pour agir sur les commandes des équipements du tunnel. Il surveille et analyse en permanence :

36 000 données issues des 11 000 équipements du tunnel,

notamment les 157 caméras et les milliers de capteurs tout le long du tunnel (3 860 capteurs pour le seul contrôle de la température par exemple).

Ce dispositif apporte les informations concernant le nombre et le type de véhicules, leur vitesse, le respect des distances de séparation, assurant ainsi un contrôle des flux de circulation.

  • Il détecte, analyse et signale automatiquement toute situation anormale, comme l’arrêt d’une voiture à l’intérieur du tunnel.
  • Il propose ensuite aux opérateurs les mesures adaptées à chaque situation en quelques secondes : fermer le tunnel, déclencher les ventilateurs, abaisser les barrières, afficher la signalisation adéquate, alerter les équipes de secours …

Plus de 4 millions d’euros ont été investis pour améliorer les performances du système.

L’info en plus

Par rapport au précédent système, il est possible de stocker 36 fois plus de données pour l’entraînement des équipes. En effet, les équipes du Tunnel s’entraînent chaque jour pour renforcer leur réactivité. Avec cette nouvelle capacité de stockage, les évènements réels survenus dans le tunnel, comme la panne d’un véhicule, vont servir de simulateur de formation pour les équipes. En images et en actions « temps réel », les opérateurs vont revivre des situations enregistrées pour s’entraîner, tester leur réactivité, leur coordination et favoriser le partage d’expérience avec les autres acteurs de la sécurité.

Afin de déployer ce système, les équipes ont réalisé en un an plus de 12 000 tests sur un million de points de contrôles. Durant cette période, ancienne et nouvelle GTC ont cohabité sans perturber l’exploitation du tunnel : une véritable prouesse technique.

La surveillante permanente du Tunnel : la maintenance préventive des équipements grâce à l’outil GMAO

Des équipements spécifiques pour lutter contre les incendies

Le tunnel du Mont Blanc est surveillé 24h/24, 7j/7 par les opérateurs des postes de commande et de contrôle. En cas d’incendie, un câble thermométrique disposant de 3 860 capteurs court tout le long du tunnel et permet d’alerter le poste de contrôle et commande (PCC) en cas d’élévation de température de quelques degrés Celsius.

Ce dispositif est complété par 20 opacimètres qui décèlent la présence de fumées. La détection automatique d’incident (DAI) et les 120 caméras du tunnel permettent aux opérateurs des PCC de voir ce qui se passe dans l’ensemble du tunnel et dans leurs abris.

Les images sont corrélées en temps réel à la gestion technique centralisée et sont intégrées dans le système de détection automatique d’incident.

Après la détection d’un incendie, nos équipes interviennent directement et rapidement.

Parmi l’équipe des 70 pompiers spécifiques au Tunnel, 12 pompiers sont présents en permanence, 24h sur 24, aux entrées et au centre du tunnel. 70 pompiers au total.

Ils s’appuient sur des moyens d’intervention spécifiques, tel le Proteus, un camion de pompier fait sur-mesure pour le Tunnel du Mont Blanc.

76 ventilateurs permettent un très haut niveau de performance avec une capacité de désenfumage de 150m3/seconde sur une portion de 600m, une capacité bien supérieure aux normes actuelles.

Comment est injecté et traité l’air à l’intérieur du Tunnel du Mont Blanc ? Zoom sur les centrales de ventilation

Le tunnel est alimenté en air frais par 10 ventilateurs. L’ouvrage dispose également d’un système d’extraction des fumées en cas d’incendie. Il fonctionne avec 6 ventilateurs de désenfumage et 4 ventilateurs relais. Ce dispositif est piloté par la gestion technique centralisée et se déclenche automatiquement en cas d’incendie.

Parallèlement, 76 accélérateurs en voûte stabilisent le courant d’air et 116 trappes télécommandées de désenfumage équipent l’ouvrage. Grâce à l’ensemble de ces équipements, la capacité de désenfumage du tunnel est de 150 m3 par seconde sur 600 m, ce qui est supérieur aux normes exigées pour les tunnels neufs.

Tous ces équipements sont pilotés par des équipes spécialisés et formés régulièrement, assurant ainsi, la sécurité de l’infrastructure et des voyageurs.

La ventilation

Le système d’injection

  • 2 centrales de 5 ventilateurs d’air frais (dont 1 ventilateur de secours) situées sur chacune des plateformes pour un débit e 25 à 82 m3/seconde
  • Ces ventilateurs alimentent les gaines de ventilation (4 côté France et 4 côté Italie) positionnées sous la chaussée

Le système d’extraction :
156 m3/seconde par portion de 600 m

  • 1 gaine de désenfumage tout au long du tunnel
  • 2 centrales de ventilation comportant 3 ventilateurs de désenfumage
  • 4 ventilateurs relais
  • 116 trappes de désenfumage en clé de voûte, tous les 100 m

Le système de maîtrise de la vitesse longitudinale de l’air

  • 20 anémomètres disposés tous les 600 m mesurent en permanence la vitesse longitudinale de l’air
  • 75 accélérateurs positionnés en voûte : ils maîtrisent la vitesse du déplacement d’air selon les indications de la Gestion Technique Centralisée

Des véhicules de sécurité et de lutte anti-incendie toujours plus performants

Depuis 2013, les pompiers du Tunnel du Mont Blanc sont équipés de camions faits sur-mesure, dotés des dernières innovations, baptisés Proteus. Ces véhicules ont été élaborés avec les équipes du Tunnel, les pompiers de Chamonix et de Courmayeur, ainsi que des experts français et italiens. Le Proteus possède un réservoir de 12 000 litres, permettant une autonomie de près de 20 minutes. Ses deux lances ont une portée de 60 mètres grâce à un canon à jet variable. Un bouton « start and go » placé sur le côté permet de le mettre en marche immédiatement. Le Proteus est également équipé de caméras thermiques, de radars de dernière génération et d’une cabine surbaissée pour progresser, quelle que soit la visibilité dans le Tunnel. 

Depuis 2015, le Tunnel du Mont Blanc est équipé de véhicule de première intervention (VPI) toujours plus performants chaque année. Equipés de radar détecteur d’obstacles, de caméra thermique et d’équipements de désincarcération, chaque VPI aident les équipes de sécurité à procéder aux premiers secours et à protéger les interventions, en cas de véhicule en panne par exemple. Ils s’occupent également de la première intervention sur les incendies, en soutien des pompiers du tunnel.

Des initiatives pour l’environnement

24 climatiseurs à eau ont été installés dans le Tunnel grâce aux eaux de ruissellement naturellement froides qui descendent du glacier. Cette initiative pour l’environnement fait du GEIE-TMB le premier exploitant de sources naturelles.

Afin d’alimenter le tunnel, l’énergie électrique provenant de la France est 100 % verte. En effet, depuis le 1er janvier 2016, l’ensemble de l’énergie électrique consommée au Tunnel est issu de procédés solaires, hydrauliques et éoliens.

De plus, les équipes du GEIE-Tunnel du Mont Blanc ont réalisé une passerelle de 27 mètres de long au-dessus du torrent de la Creusaz. Elle permet aux randonneurs d’assurer en toute sécurité la continuité des chemins de randonnée entre le centre-ville de Chamonix ou la cascade du Dard et le glacier des Bossons et l’Aiguille du Midi. 

L’info en plus

Le trafic de poids lourds est essentiellement composé de camions aux normes Euro 5 et 6, les normes plus performantes sur plan environnemental.

Préserver la qualité de l’air en Vallée de l’Arve

ATMO Auvergne-Rhône-Alpes, l’observatoire référent qui fait autorité sur les mesures de qualité de l’air dans la région, donne le détail de la répartition des sources de pollutions de l’air.

Concernant les particules fines (PM)

Les études ATMO, actualisées chaque année, montrent que les poids-lourds en vallée de l’Arve, tous réseaux confondus, représentent 3 % des émissions. Sur ces 3 %, la part des camions qui empruntent le Tunnel du Mont Blanc (TMB) est difficile à estimer parfaitement. Si on estime que le trafic poids lourds (PL) du Tunnel du Mont Blanc représente environ 60 % du trafic, nous pourrions évoquer une part d’environ 1,8 % des PM10. Cependant ce pourcentage doit être bien inférieur car le trafic PL empruntant le TMB est beaucoup plus performant sur le plan environnemental que les autres poids lourds circulant dans la vallée. Depuis de nombreuses années les euros 3 (2019) sont interdits au TMB et les euros 4 depuis 2020.

Cette répartition des émissions en Vallée de l’Arve est du même ordre de grandeur que celle rencontrée sur le département de la Haute-Savoie.

Entre 2000 (nb : le tunnel du Mont Blanc était fermé en 2000 jusqu’en 2002) et 2019, la part d’émission de particules fines du transport routier a été divisée par deux (49,6 %). Entre 2000 et 2019 on note une baisse de 64 % des émissions du transport routier total qui inclue également une baisse de 63 % des émissions de PM10 des poids-lourds.

Concernant les oxydes d’azote (NOx)

Les études ATMO, actualisées chaque année, montrent que le trafic PL dans la vallée de l’Arve, tous réseaux confondus, représente 9 % des émissions de dioxyde d’azote. Le transport routier hors poids lourds représente 59 % des émissions, le résidentiel 18 % et l’industrie 10 %).

Si on estime que la part du trafic PL au tunnel du Mont Blanc est d’environ 60 % du trafic PL total dans la vallée, la contribution du trafic PL qui emprunte le TMB aux émissions de Nox représente environ 5,6 %. La tendance est également à la baisse depuis 2000, avec 48 % au global entre 2000 et 2019, dont 82 % de baisse des émissions de Nox des poids lourds. On note également une relative stagnation depuis 2010 des émissions du secteur routier hors PL et particulièrement des véhicules légers (VL) et véhicules utilitaires légers (VUL).

Cette répartition des émissions en Vallée de l’Arve est du même ordre de grandeur que celle rencontrée sur le département de la Haute-Savoie.

Changer les mobilités pour des transports décarbonés :

le saviez-vous ?

Au Tunnel du Mont Blanc, 9 navettes sont mises à disposition des collaborateurs pour leurs trajets quotidiens dans le but de réduire l’impact sur la circulation.

Des équipes entraînées régulièrement qui luttent contre la routine

260 personnes mobilisées pour 11,6 km de tunnel

90 millions d’euros d’investissements depuis 2002

Des investissements importants permettent de disposer d'équipements toujours plus performants et plus innovants

La surveillance permanente au Tunnel du Mont Blanc

Pour assurer la sécurité des conducteurs, des équipes et de l’ouvrage, le Tunnel du…