Vous avez commencé la souscription d'un abonnement télépéage Reprenez là ou vous en étiez
Actualités

En traversant les montagnes, en rétrécissant le territoire et en diminuant les temps de trajets, les 130 kilomètres de réseau d’ATMB sont empruntés par plus 30 000 conducteurs en moyenne chaque jour. Pour assurer à chacun d’entre eux la liberté d’une mobilité rapide et sécurisée, nos équipes se mobilisent et investissent. Ce service est entièrement financé par le péage, acquitté par chaque conducteur.

A quoi sert le péage ?

Les recettes de péage permettent à ATMB de financer la mobilisation des équipes 24h/24 et 7j/7 sur le terrain, pour permettre des conditions de circulation optimales tout au long de l’année. Sur les 130 km du réseau, plus de 350 collaborateurs sont mobilisés, notamment pour l’entretien de plus de 220 ouvrages d’art et le service hivernal. 

Le péage permet également de supporter le haut niveau d’investissements réalisé chaque année par ATMB. Ce sont en moyenne 40 millions d’euros qui sont investis pour que l’autoroute reste sure, fluide, réponde aux besoins de nos clients et aux exigences environnementales de notre territoire haut-savoyard. En 2021 ce sont plus de 43 millions d’euros qui seront investis.

Comment sont utilisés 10 € de péage sur l’Autoroute Blanche ?

Utilisation de 10 € de péage sur l'Autoroute Blanche 1,13 € reservés sous forme de dividendes, 2,75 € pour le service aux clients, 2,71 € pour le financement d'investissements futurs et 3,41 € pour l'Etat sous forme de TVA, impôts et taxes

Rappelons qu’ATMB est une entreprise détenue à 91,3% par l’Etat et les collectivités territoriales.

Qui décide de l'augmentation du péage ?

L’état décide et contrôle les hausses de péage. Cette révision est clairement indiquée dans les contrats de concessions, signés entre l’Etat et la société concessionnaire d’autoroute. La révision est prévue plusieurs années à l’avance. Les sociétés d’autoroutes les appliquent strictement. 

Les augmentations comprennent deux facteurs

-> 70 % de l’inflation
-> La compensation d‘investissements ou de coûts additionnels non prévus dans les contrats initiaux (par exemple : l'écopont de Viry) ou imposés par l’État (par exemple : la redevance domaniale).

L’application des hausses annuelles est rigoureusement contrôlée : les grilles tarifaires sont intégralement vérifiées chaque année par les services du Ministère de la Transition écologique et Solidaire et par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes. Lors de ce processus, l’État aura contrôlé et validé 100 % des tarifs de péage en vérifiant et approuvant ainsi plus de 41 000 tarifs. 

Pour ATMB, l’État est le premier bénéficiaire des péages dont il perçoit 40% du montant total. L’État reste le propriétaire des autoroutes, les sociétés n’en étant que les concessionnaires chargés de les construire, les entretenir, les moderniser et les développer pour des contrats à durée déterminée.

 

Vrai ou Faux ?

 

> Les autoroutes ont été construites avec l’argent des contribuables ? 

FAUX

Depuis les premières constructions des autoroutes dans les années 1960 et jusqu’à aujourd’hui, le seul mode de financement des autoroutes concédées est le péage acquitté par les usagers, français et étrangers.

C’est ce qu’on appelle le principe de l’utilisateur-payeur. C’est l’utilisateur qui finance grâce au péage, l’exploitation et l’entretien du réseau qu’il utilise.

A la différence des autoroutes non concédées, comme en Bretagne par exemple, où l’absence de péage indique que c’est le contribuable francais qui finance seul l’exploitation et l’entretien du réseau qu’il l’utilise ou non, par l’intermédiaire de ses impôts.

> Les autoroutes génèrent des marges élevées ?

VRAI

Et la trajectoire des bénéfices est connue. Pour ATMB, l’Etat et les collectivités sont les principaux actionnaires à plus de 91 %. Il faut regarder la rentabilité d’une concession sur toute sa durée pour avoir une juste appréciation des niveaux de marge. La particularité du modèle de la concession réside dans les investissements très lourds consentis au moment de la création de la société et de la construction de l’autoroute. Durant cette phase, la société est déficitaire.

Une société concessionnaire atteint un équilibre financier après plusieurs années de pertes avant d’enregistrer des marges qui permettent, sur l’ensemble de la durée du contrat, d’afficher une rentabilité globale conforme aux attentes des investisseurs publics comme privés.

Les marges dégagées sont indispensables pour financer les investissements, rembourser la dette, acquitter les intérêts financiers et rémunérer le risque pris par les investisseurs. En outre, elles ne préjugent en rien de la rentabilité de la concession, qui doit s’étudier sur l’ensemble de la durée du contrat.

ATMB présente encore actuellement une dette de 42 millions d’euros.

Plus d’infos sur : https://www.autoroutes.fr/fr/idees-recues-sur-les-concessions-autoroutie...