Vous avez commencé la souscription d'un abonnement télépéage Reprenez là ou vous en étiez

Au pied du Mont-Blanc, le réseau ATMB dessert un territoire exceptionnel de vallées et de haute montagne. Soucieuse de préserver un cadre naturel unique au monde, ATMB porte une attention particulière à l’intégration environnementale de ses infrastructures ainsi qu’à la qualité de l’air. Grâce à des techniques plus respectueuses de l’environnement et en encourageant des solutions alternatives de transports, les équipes innovent en permanence pour dessiner l’autoroute de demain.

Actions et réalisations d’ATMB

Le site HQE® de Bonneville : une première !

C’est dans le cadre de la démarche environnementale volontaire d’ATMB qu’est né le projet de construction d’un centre d’entretien et d’un PC trafic autoroutiers Haute Qualité Environnementale® (HQE) à Bonneville (Haute-Savoie). Il s’agit d’une première en France. Sa réalisation innove en s’articulant autour de trois axes majeurs : l’optimisation de la gestion de l’eau (la récupération de l’eau de pluie assure 100 % des besoins pour le lavage des véhicules de service), de l’énergie (utilisation du bois pour le chauffage) et des déchets (tri et revalorisation). Le centre est entré en service en 2016.

Lutter contre le bruit

ATMB a fait de la lutte contre les nuisances sonores une de ses priorités. En 2016, ATMB lance la construction d’écrans acoustiques de 310 m de long sur 11 sites de la Route Blanche (RN205). Le long de l’Autoroute Blanche (A40), ATMB a déjà réalisé plus de 7 kilomètres de protections acoustiques sur une dizaine de communes.

Par ailleurs, les travaux d’isolation de façades d’habitations se poursuivent. L’objectif est de protéger toutes les zones où le niveau de bruit est supérieur à 66 décibels, soit 2 décibels en dessous des normes européennes. Pour ce faire, un bureau en acoustique a cartographié les habitations concernées. Les travaux représentent un investissement de plus de 6 M€ pour ATMB.

Valoriser les espaces verts

Les espaces verts qui longent la chaussée de l’Autoroute Blanche (A40) représentent une superficie de plus de 300 ha. Leur entretien (débroussaillage, fauchage, tronçonnage, fleurissement…) est effectué par les équipes d’ATMB. Une soixantaine de personnes sont impliquées dans cette activité qui représente plus de 10000 heures de travail par an. 

Afin d’optimiser l’intervention sur ces zones et d’améliorer l’insertion paysagère du réseau, ATMB a noué en 2013 un partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles. Après analyse, ses premières recommandations ont été appliquées en 2014 avec des opérations de plantage ou de taille qui se poursuivent. 

ATMB renforce également sa politique d’entretien des espaces verts en visant l’objectif « zéro produit phytosanitaire » pour le traitement des végétaux parasites. Les équipes innovent en disposant désormais de nouveaux matériels permettant de traiter ces végétaux par des méthodes plus respectueuses de l’environnement.

 

300 ha d’espaces verts entretenus toute l’année par près de 60 personnes.

Ecopont de Viry : préserver la faune

En partenariat avec l’Etat de Genève, ATMB a initié le projet de construction d’un écopont enjambant l’Autoroute Blanche (A40) entre les communes de Viry et d’Etrembières. Il permettra à la petite, moyenne et grande faune de relier Salève à la plaine genevoise en sécurité. Conçu pour permettre le passage des cerfs, l’écopont est large de 25 m (l’équivalent de 6 voies d’autoroute). Il sera opérationnel en 2018.

Favoriser le covoiturage

ATMB s’engage en faveur du développement du covoiturage pour faciliter les déplacements des Haut-Savoyards. Pour favoriser ce mode de déplacement innovant à la fois écologique et économique, ATMB a noué des partenariats spécifiques pour lancer un service gratuit avec la plateforme de mise en relation www.covoit-mbv.com. Par ailleurs, avec 235 places de covoiturage disponibles, ATMB offre une densité de places six fois supérieure à celle des autres autoroutes françaises. 

Soutenir des projets innovants pour l’environnement

MOBILARVE : ATMB cofinance ce projet qui vise à réduire les émissions polluantes engendrées par les déplacements professionnels dans la vallée de l’Arve, en optimisant les trajets domicile – entreprise, via la réalisation de Plans de Déplacements Entreprises et inter-entreprises. En tant qu’employeur, ATMB participe aussi à cette démarche pour encourager ses salariés à utiliser de nouveaux modes de déplacements : développement du covoiturage, véhicules propres, partage de véhicules, transports en commun, moyens de transport alternatifs (marche, vélo) …

EQUILIBRE : ATMB apporte son soutien à cette initiative haut-savoyarde en faveur de l’utilisation du Gaz Naturel Véhicule (GNV) pour le transport routier de marchandises, comme alternative durable au diesel. Ce carburant permet de réduire de 8 à 10 % les émissions de CO2 pour les matériels utilisant du gaz d’origine fossile et jusqu’à 90 % dans le cadre du biométhane. Par ailleurs, en matière de qualité de l’air, leur émission d’oxyde d’azote est réduite de 30 à 70 % en comparaison avec les camions Euro VI. Enfin, sur certains matériels, l’utilisation du GNV permet de diminuer jusqu’à 50 % les nuisances sonores.

L’engagement d’ATMB en faveur de la « mobilité pour tous » se traduit tout d’abord sur le terrain de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite (PMR). Depuis plus de 10 ans, plus de 10 millions d’euros ont été investis pour adapter les équipements et supprimer les obstacles, notamment sur les aires de repos et de service.

Sur l’Autoroute Blanche (A40), tous les nouveaux refuges créés depuis 2010 disposent de surlargeurs permettant un stationnement sécurisé. Les bornes d’appel d’urgence sont équipées de commandes abaissées à une hauteur de 90 centimètres, adaptées aux personnes en fauteuil.

Le handicap est aussi au cœur de la politique de mécénat d’ATMB, qui apporte son soutien à plusieurs associations locales. 

Contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air

Les différentes actions menées par ATMB pour préserver l’environnement là où son réseau est implanté – notamment les mesures destinées à interdire la circulation des poids lourds les plus polluants dans le Tunnel du Mont Blanc - portent leurs fruits.  L’étude 2017 d’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes (association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air en Rhône-Alpes) révèle, dans la vallée de l’Arve, une baisse, entre 2000 et 2014, de 48% des émissions de particules fines dues au transport routier total, dont 60% de baisse des émissions dues aux poids-lourds.

Concernant l’évolution des émissions d’oxyde d’azote, la tendance est identique avec 44% de baisse au global depuis 2000, dont 56 % de baisse des émissions dues aux poids-lourds depuis 2000. Quant aux émissions d’oxyde de carbone des poids lourds, elles connaissent une baisse de 48% depuis 2000.

Sur l’Autoroute Blanche comme au Tunnel du Mont Blanc, les équipes utilisent des véhicules électriques pour le service de maintenance. En 2016, des bornes de recharge ont aussi été mises à la disposition des clients sur les aires de Valleiry et de Passy. Des études ont été réalisées pour en installer de chaque côté du Tunnel du Mont Blanc en 2017. Au Tunnel du Mont Blanc, les camions sont plus performants sur le plan environnemental que les autres poids lourds circulant dans la vallée : en 2016, 91 % étaient aux normes Euro 5 et 6, les plus exigeantes en la matière.