Vous avez commencé la souscription d'un abonnement télépéage Reprenez là ou vous en étiez
Tourisme en Haute-Savoie

Au sortir du Tunnel du Mont Blanc côté italien, la Vallée d’Aoste – ou Val d’Aoste - offre aux visiteurs la beauté grandiose de son décor montagneux et la richesse de son patrimoine historique. Et une particularité : cette région autonome a deux langues officielles, l’italien et le français.

Située quelques kilomètres après le Tunnel, dans un décor grandiose au pied du Mont Blanc et de la Pointe Helbronner, la station de Courmayeur est un haut lieu de l’alpinisme et des sports alpins. De là, la route nous emmène dans la vallée en direction d’Aoste (Aosta en italien), située à une trentaine de kilomètres.

Le saviez-vous ?
La Vallée d’Aoste est la plus petite région d’Italie ; elle s’étend sur 3 266 km², soit exactement un centième du territoire italien. Un tiers de sa superficie se situe à plus de 2 600 mètres d’altitude.

Aoste, « Rome des Alpes »

Ce gros bourg de 30 000 habitants présente un double intérêt : d’une part, son centre historique cerné de remparts recèle, entre autres sites, de nombreux vestiges de son glorieux passé romain – la ville fut surnommée " la Rome des Alpes " – et, d’autre part, Aoste est le point de départ de la route des Châteaux vers l’est et du Parc National du Grand-Paradis, vers le sud.

Aoste - vallée d'Aoste

Suivre la route des châteaux

La Vallée d’Aoste compte de nombreux châteaux érigés au Moyen-Âge pour défendre les populations contre les envahisseurs et les pilleurs. Situés, pour la plupart, sur des éperons rocheux, ils se dressent comme des sentinelles de pierre pour protéger la vallée. Château Sarriod de la Tour (et son extraordinaire « salle des têtes » avec ses 171 figures), château de Sarre (reconstruit au XVIIe siècle), château de Fénis (avec double enceinte et chemin de ronde), château de Verrès (accessible par un chemin pentu), château d’Issogne (admirez ses fresques magnifiques), Fort de Bard, " impressionnant sur son rocher "… autant de haltes et de visites passionnantes.

Le Parc National du Grand-Paradis

Ce parc de 70 000 hectares est considéré comme l’un des plus beaux d’Europe et n’a pas volé son nom. Au gré des promenades, vous y admirerez, côté faune, des bouquetins, des chamois, des marmottes, des vautours, des aigles, etc. Côté flore, forêts de mélèzes, de sapins et d’épicéas, edelweiss, gentianes, orchidées sauvages, etc.

Le parc possède trois centres de visite dans les villages de Cogne, de Valsavarenche et de Rhêmes-Notre-Dame.

Parc du Grand Paradis - Vallée d'Aoste

Un centre d’information situé entre Villeneuve et Arivier offre aux visiteurs tous les renseignements sur le parc, ses richesses, ses randonnées, ses hébergements, etc. 

Le saviez-vous ?
A l’origine de la création du parc se trouve la volonté du roi Victor-Emmanuel II de sauver les bouquetins menacés d’extinction. Il créa en 1856 une réserve de chasse royale où les bouquetins étaient protégés des braconniers. Cette réserve devint le premier parc national italien en 1922.

Cogne

En bordure du Parc National du Grand-Paradis, le petit bourg de Cogne (1500 habitants) mérite une halte prolongée. Longtemps enclavé, il a développé un artisanat de dentelle toujours vivace (visitez la coopérative dentellière) et a conservé l’architecture traditionnelle de ses maisons aux toits de lauze (visitez la maison de Cogne Gérard Dayné).

Cogne - Vallée d'Aoste - Italie